TT38, la tombe de Djeserkareseneb
connu aussi sous le diminutif de Djeserka

Informations générales sur TT38

Localisation et datation

Le complexe funéraire se trouve dans la partie sud-est de l'enclos bas de Cheikh abd el-Gournah qui, à cette époque, est déjà envahi de tombes (on en compte plus de 100 de la XVIIIe dynastie) (voir la partie inférieure droite de cette .
L'aménagement de TT38 date du règne de Thoutmosis IV, mais a certainement débordé sur celui de son successeur Amenhotep III. Cet emplacement est bien en accord avec le statut social intermédiaire de Djeserkareseneb, puisque les hauts dignitaires de l'époque sont plutôt ensevelis plus haut sur la colline, au nord-est, en regard de Deir el Bahari. Ce n'est que plus tard que, devant la pénurie d'emplacements, les dignitaires finiront aussi par utiliser la partie basse de la colline.

Type de tombe

TT38 présente la forme classique des chapelles de la XVIIIe dynastie avec une cour ouverte puis deux pièces creusées dans la colline selon un schéma en "T" inversé (des annexes peuvent y être appendues, mais pas ici), avec une entrée qui se trouve presque toujours (comme ici) au point de croisement des deux ailes. On accède à la chambre funéraire par l'intermédiaire d'un puits qui s'ouvre soit dans la cour, soit d'une des pièces : pour notre tombe, c'est dans la première salle.

Orientation de la tombe

Pour respecter le symbolisme traditionnel (lever du soleil, succession des jours et des nuits), la cour devrait être orientée à l'est, ainsi que l'ouverture menant aux pièces intérieures qui devraient donc se trouver à l'ouest, en relation avec le coucher du soleil, le monde de l'Au-delà, l'obscurité. Mais les nécessités géologiques en décident souvent autrement et, comme pour beaucoup d'autres tombes, l'axe idéal de TT38 est dévié : au lieu d'être est-ouest, il est nord-sud : la cour est au nord, les chambres intérieures sont au sud.

Qualité du monument

Le complexe a été taillé dans la colline calcaire, dont la pente est raide à cet emplacement et entrecoupé de plaques de schistes argileux. Comme il est courant, on n'a pas porté une grande attention à la taille des chambres, et la plupart des murs ne sont pas droits, pas plus que les deux extrémités de la première pièce ne sont symétriques. De nos jours, quelques marches mènent de la cour, largement remaniée à l'époque moderne, vers l'intérieur du monument. Les murs d'enceinte sont faits de débris solidarisés par un mortier puis recouverts de plâtre.
La piètre qualité de la roche à cet emplacement n'aurait pas rendu raisonnable le creusement d'une plus grande hypogée.
Bien que non terminée et endommagée par endroits, la tombe nous apprend toujours beaucoup sur la vie et l'œuvre de son propriétaire. On trouve en plusieurs endroits des dommages volontaires infligés à l'époque amarnienne par les zélateurs d'Akhenaton pour éliminer toute référence à Amon.

La tombe à l'époque moderne

La Mission Française a fouillé TT38 dans les années 1898, et le père Scheil l'a documentée. En 1908 Arthur Weigall travaille à son tour dans le monument. Le relevé des murs est fait par Norman de Garies Davies, qui souhaitait s'en servir à des fins de comparaison dans une publication sur la tombe TT52 de Nakht. Les planches furent finalement publiées avec sa femme Nina dans un ouvrage dédié à plusieurs tombes en 1963. Bertha Porter et Rosalind Moss décrivent brièvement la tombe dès 1927, puis ce sera le tour de Friederike Kampp dans sa publication en Allemand datant de 1996 (pour plus de détails, veuillez vous référer à la bibliographie).

Le personnage et sa famille

Le nom complet Djeserkareseneb (Djeser-ka-Rê-seneb, qu'on pourrait traduire par "le Ka de Rê est sacré et se porte bien") ne se retrouve que dans la partie ouest du mur sud du hall transversal. Ailleurs, le personnage est désigné par son diminutif Djeserka.
Il porte le titre de "Scribe, comptable du grain d'Amon" ; sur une des parois, le titre de comptable du grain est complété par celui de "Comptable du blé dans le grenier des offrandes divines et des temples qui sont sous leur administration".
Sur le mur est seulement, il porte en plus un titre étrange : "superviseur des vaches laitières" (?)
Il est aussi "Intendant du second prophète d'Amon". Ce haut poste était à l'époque (règne de Thoutmosis IV et début de celui d'Amenhotep III) détenu par Amenhotep-sa-se, propriétaire de la tombe TT75 (qui se trouve dans l'enclos supérieur de Gournah) : Djeserkareseneb y est cité deux fois comme intendant de sa maison. Il s'est d'ailleurs inspiré de certaines scènes de la tombe de son maître (et de la tombe de Nakht, TT52) pour décorer sa propre sépulture, en particulier l'arpentage des champs et les musiciens. Pendant ou après son service auprès d'Amenhotep-sa-se, Djeserka s'est vu confier la responsabilité des champs de blé d'Amon, ce qui devait inclure le contrôle sur les terres soumises à l'impôt annuel par le temple d'Amon.

Son épouse se nomme Ouadjrenpet ; elle est désignée dans la tombe comme "sa sœur bien-aimée, qu'il affectionne, la maîtresse de maison"

Le couple a trois fils :
- Menkheper est désigné comme "son fils, le scribe". Il s'agit probablement d'une abréviation de Menkheperra. Les colonnes de texte le concernant ont aujourd'hui disparu, mais Nina Davies avait pu partiellement les déchiffrer. Il s'agit probablement du fils aîné, car il est représenté de la même taille que ses parents. Le nom de Iry-nakht a été suggéré, sans qu'on puisse y trouver de raison à son effacement. Peut-être y avait-il une erreur qu'on a voulu corriger puis qu'on a oubliée ?
- Neferhebef est aussi désigné comme "son fils le scribe" et comme "gardien des oies"
- Nebseny est désigné comme "son fils le roi, supérieur des tisserands d'Amon"

Les filles sont au nombre de deux :
- Nebtaoui est désignée comme "sa fille bien-aimée, maîtresse de maison". Il doit donc s'agir d'une femme mariée.
- Meryra est désignée seulement comme "sa fille bien-aimée". Elle n'est pas "maitresse de maison" et donc célibataire.

Disposition et décoration

Le creusement de la colline pour réaliser la façade verticale puis les chambres intérieures a également permis l'aménagement d'une petite cour. Il est très possible qu'on y ait dressé une stèle, ou une petite table d'offrandes, mais rien n'a été retrouvé.
L'entrée dans la chapelle se trouve au milieu de la façade rocheuse, à l'extrémité sud de la cour. Les pièces intérieures n'étaient pas orientées selon les axes canoniques, on l'a vu. La symbolique devant absolument être respectée, les Égyptiens décoraient les parois exactement comme si elles avaient été orientées correctement, l'entrée se trouvant à l'est. Lors de certaines fêtes, en particulier la Belle Fête de la Vallée, qui voyait Amon quitter Karnak pour se rendre à deir el Bahari et passer devant les sépultures des particuliers, la famille du défunt se rassemblait, apportant des offrandes et partageait un repas, le plus souvent dans la cour.

La décoration de la tombe est loin d'être achevée : seuls le côté gauche du passage d'entrée et le hall transversal ont été peints. Le décorateur de la TT38 était incontestablement doué, mais n'a pas fait preuve d'une grande originalité : nous avons déjà signalé que les scènes d'arpentage des champs et celle faisant intervenir des musiciens dérivent de la tombe TT75 d'Amenhotep-sa-se. Il a également emprunté des idées à la tombe TT52 de Nakht, notamment au mur sud-ouest, en particulier la fameuse scène de banquet -qui est d'ailleurs plus complète dans la TT38.