Ouverture au public du mastaba de Mehou à Saqqara80 years after its discovery, the mastaba of Mehu at Saqqara is opened to the public

Photos: Bruno Sandkühler/Unidia

Le mastaba richement décoré du vizir Mehou de la sixième dynastie est fermé au public depuis sa découverte en 1940 par un archéologue égyptien, Zaki Saad. Il n'a donc pas été ouvert au public depuis 80 ans ! Le ministère des antiquités a entrepris des travaux de restauration sur les fragiles parois de la tombe, consolidant les peintures, renforçant les couleurs et en installant un système d'éclairage à l'intérieur. Le tombeau est un tombeau familial, et plusieurs fils y sont mentionnés. Un fils s'appelait peut-être Mery, mais son nom a été effacé plusieurs fois. Un autre fils se nommait Hetepka. Dans le mastaba de Mehou il y a des parties réservées pour un vizir du nom de Hetepka (mais qui n'est pas forcément le même Hetepka).

Le mastaba se trouve au sud du mur sud du complexe de la pyramide de Djoser. Il a quatre chambres décorées, une grande cour et un long et étroit . L'axe de la tombe va d'est en ouest.
Mehou était "Juge en chef et Vizir" au début de la VIe dynastie, probablement sous les règnes de Teti et de Pepy I. Mais la datation du monument reste débattue. Hartwig Altenmüller, qui a publié la décoration du mastaba, le date du roi Teti. Mehou avait 48 noms et titres inscrits sur les murs de sa tombe : "Directeur des trésors, directeur du double grenier à blé, superviseur de la Haute Égypte et supérieur de tous les travaux du roi", entre autres.

The lavishly decorated mastaba tomb of the Sixth Dynasty vizier Mehu has been closed to the public since it was discovered in 1940 by an Egyptian archeologist, Zaki Saad. It has not been opened to the public since 80 years! The ministry has undertaken restoration work on the different scenes of the tomb by consolidating paintings, strengthening colours and developing the lighting system inside. The tomb is a family tomb, and several sons are mentioned in the tomb. One son was perhaps called Mery, but his name has been erased several times. Another son was Hetepka. Within the mastaba of Mehu there are parts reserved for a vizier called Hetepka (not sure it is the same Hetepka).
The tomb is to the south of the southern wall of Djoser's pyramid complex. It has four decorated chambers, a large courtyard and a long narrow . The axis of the tomb is east to west.
Mehu was 'Chief Justice and Vizier' during the early part of Dynasty VI, probably during the reigns of Teti and Pepy I. The exact dating of Mehu is disputed in Egyptology. Hartwig Altenmüller published the relief decoration of the mastaba and dates him under king Teti. Mehu held 48 names and titles inscribed on the wall of his tomb : "Overseer of the treasuries, overseer of the double granary, overseer of Upper Egypt and overseer of all royal works", among others.

Le Musée National de Rio détruit par un incendie Rio National Museum destroyed by fire

Photos: Museu Nacional

La destruction quasi totale par un incendie des collections du Musée national de Rio de Janeiro, plus grand musée d'histoire naturelle d'Amérique latine, représente "une perte inestimable pour l'humanité tout entière", selon la directrice générale de l'Unesco (). Le musée contenait plus de 20 millions de pièces, dont 26.000 fossiles. Heureusement, environ 500 000 livres datant des premiers jours de l'Empire portugais au Brésil ont été épargnés car ils étaient conservés dans une annexe séparée.
Parmi les pièces les plus importantes qui sont parties en fumée se trouvent le crâne de Luzia, "première Brésilienne", vieux de 12000 ans ; le squelette du plus grand dinosaure connu au Brésil, un Maxakalisaurus vieux de 80 millions d'années ; une fresque provenant de Pompéi et qui avait survécu à l'éruption du Vésuve en 79 ; le cercueil de la chanteuse d'Amon Sha-amun-en-su.

Ce cercueil polychrome, en excellent état, datait de ~750 av. J.C. (XXIIe dynastie). Son caractère exceptionnel était dû au fait qu'il n'avait jamais été ouvert. Une étude radiographique poussée avait montré qu'il contenait encore le corps de la prêtresse. La collection comportait 700 objets, momies, cercueils... dont la description pourra être trouvée dans: BRANCAGLION Junior, Antonio: "Revelando o Passado: estudos da coleção egípcia do Museu Nacional", in: Lessa, Fábio de Souza & Bustamente, Regina: "Memoria & festa", Mauad Editora, Rio de Janeiro, 2007.
Elle a été totalement détruite.

The almost total destruction by fire of the collections of the National Museum of Rio de Janeiro, the largest natural history museum in Latin America, represents "an invaluable loss for all humanity", according to the Director-General of UNESCO (). The museum contained more than 20 million pieces, including 26,000 fossils. Fortuitously, around 500,000 books dating to the earliest days of the Portuguese Empire in Brazil were unscathed as they were housed in a separate annex.

Among the most important pieces that went up in smoke are the skull of Luzia, "the first Brazilian", 12,000 years old; the skeleton of the largest known dinosaur in Brazil, an 80 million year old Maxakalisaurus; a fresco from Pompeii that survived the eruption of Vesuvius in 1979; the coffin of Amon's singer Sha-amun-en-su.
This polychrome coffin, in excellent condition, dated from ~750 BC. (XXIInd dynasty). Its exceptional character was due to the fact that it had never been opened. An extensive radiographic study had shown that it still contained the priestess' body. The collection also included dozens of other objects, mummies, coffins... whose description can be found in: BRANCAGLION Junior, Antonio: "Revelando o Passado: estudos da coleção egípcia do Museu Nacional", in: Lessa, Fábio de Souza & Bustamente, Regina: "Memoria & festa", Mauad Editora, Rio de Janeiro, 2007.
It was completely destroyed.

Découverte de 800 tombes du Moyen Empire à Lisht A Middle Kingdom Elite Cemetery Discovered at Lisht

Photo : Sarah Parcak

Situé au bord du désert à Lisht (Moyenne Egypte), autour d'une paire de pyramides construites pour les rois Amenemhat I et Sésostris I, ce cimetière de hauts personnages est connu depuis longtemps mais n'avait pas encore été fouillé. C'est maintenant chose faite, grâce à une équipe américano-égyptienne, dirigée par l'archéologue Sarah Parcak. En une seule saison sur le terrain, l'équipe a cartographié 802 tombes, qui ont toutes ou presque été pillées pendant des siècles. "Ce que nous avons sur le site est l'un des plus grands corpus de tombes du Moyen Empire dans tout le pays d'Égypte," dit Sarah Parcak.
Le nombre énorme de puits et de tombes a transformé le sous-sol en véritable Gruyère. De nombreuses sépultures pouvaient contenir jusqu'à huit enterrements, ce qui signifie que cette nécropole abritait probablement au moins 4 000 personnes.
Un cas est sorti de l'anonymat : un nom inscrit a révélé qu'il s'agissait de la tombe d'Antef, chef du trésor sous Sésostris 1er.
Selon Katherine Bard, ces tombes nous offrent encore de nombreuses informations sur la vie des habitants de l'ancienne capitale de l'Égypte au Moyen Empire, la ville de Itj-Taouy, qui se trouve dans le voisinage.


Located at the edge of the desert at Lisht (Middle Egypt), around a pair of pyramides built for the kings Amenemhat I and Senusret I, the elite cemetery is known for a long time but had not been excavated so far. It's done now, thanks to a US - Egyptian team, headed by archaeologist Sarah Parcak. In just a single field cession, the team mapped out 802 tombs, most of which were looted for centuries. "What we have at the site is one of the largest corpuses of Middle Kingdom tombs in the entire country of Egypt," says Sarah Parcak.
The number of burial shafts and graves has transformed the basement into a real Gruyère cheese. Many shaft tombs had places for up to eight burials, which means the interlocking mortuary system likely housed at least 4,000 individuals in the afterlife.
One case came out of anonymity: a name inscribed on a structure revealed it was the tomb of Intef, head of the treasury under Senusret I.

Découverte à Assouan d'une momie et d'un sarcophage de Basse Époque A sarcophagus with a mummy uncovered in Late Period tomb in Aswan

Photos: Egypt Ministry of Antiquities

Des fouilles menées par une mission égyptienne dans trois tombes de la Basse Époque situées près du mausolée de l'Aga Khan, à Assouan, se poursuivent. Elles ont mis au jour un tombeau d'époque tardive abritant un sarcophage de grès anthropoïde contenant . La momie est bandelettée de lin et en très bon état de conservation. De nombreuses autres momies ont également été retrouvées éparpillées dans la tombe, qui était peut-être une sépulture commune. La mission a également mis au jour une chambre rectangulaire de 3 x 5 m dans laquelle ont été retrouvés : une tête de statue en grès sans inscription, une collection d'amulettes, et une petite statue en bois du dieu Horus. Ses murs étaient décorés de scènes religieuses colorées.

Excavations carried out by an Egyptian mission near the Aga Khan Mausoleum on Aswan's west bank uncovered in a Late Period tomb, an anthropoid sandstone sarcophagus with a . The mummy is wrapped in linen and in a very good state of conservation. Many other mummies were also found scattered in the tomb, which was perhaps a communal burial site. The mission also uncovered a rectangular chamber of 3 x 5 m in which were found : a head of a sandstone statue without any inscriptions, a collection of amulets, and a small wooden statue of the god Horus. Its walls were decorated with colorful religious scenes.

Découverte d'un sphinx à Kom OmboSphinx statue discovered at Kom Ombo temple

Photos: Egypt Ministry of Antiquities

Une statue, petite mais fort bien conservée, d'un sphinx portant une couronne de cobra a été découverte au cours de travaux de drainage des eaux souterraines dans le temple de Kom Ombo. Elle mesure environ 28 centimètres de large et 38 cm de haut et remonte à la période ptolémaïque (~ 330-30 av. J.-C.) Le sphinx représentait le pouvoir royal dans l'Égypte antique, combinant la force physique d'un lion avec la puissance terrestre d'un roi.
Le temple de est situé à environ 48 km au nord d'Assouan et a été construit pendant la période gréco-romaine (~330 av. J.-C. -395 ap. J.-C.) sur une ancienne structure de la XVIIIe dynastie. Ce monument est unique parce qu'il s'agit d'un temple double, dédié à Sobek le dieu crocodile, et Horus le dieu à tête de faucon. Le plan combine deux temples en un seul, chaque côté ayant ses propres portes d'entrée et chapelles.

A small but beautifully preserved statue of a sphinx wearing the uraeus has been discovered during work to reduce groundwater in the temple of Kom Ombo. The figure is about 11 inches (28 centimeters) wide and 15 inches (38 cm) tall. It dates back to the Ptolemaic period (~ 330-30 B.C.). The sphinx represented royal power in ancient Egypt, combining the physical strength of a lion with the worldly might of a king.
The temple of is about 30 miles (48 km) north of Aswan and was built during the Graeco-Roman period (~330 B.C.-395 A.D.). There was an earlier structure from the 18th dynasty but little remains. The temple is unique because it is in fact a double temple, dedicated to Sobek the crocodile god, and Horus the falcon-headed god. The layout combines two temples in one with each side having its own gateways and chapels.

L'Égypte veut transformer le site archéologique de Tanis en musée en plein airEgypt to turn Tanis archaeological site into open-air museum

Photos : Serge Blanc

Le ministre des Antiquités, Khaled el-Enany, a inspecté le site archéologique de San Al-Hagar (l'antique Tanis) afin d'évaluer les progrès réalisés pour en faire un musée à ciel ouvert.
San Al-Hagar possède de nombreux vestiges monumentaux qui en font l'un des sites les plus grands et les plus impressionnants du pays, ce qui lui a fait donner par les égyptologues le surnom de "Thèbes du Nord". Pendant les XXIe et XXIIe dynasties, Tanis était une nécropole royale abritant les tombes des pharaons ainsi que de nobles et des chefs militaires.
El-Enany explique que le projet vise à redresser les blocs monumentaux, les reliefs, les colonnes, les statues et les stèles posées sur le sable du site, à les restaurer et à les remonter sur des dalles de béton pour les protéger des eaux souterraines, des sels et de l'humidité, pour les générations futures.


The Minister of Antiquities Khaled el-Enany inspected the San Al-Hagar archeological site (ancient Tanis) to assess the progress being made to develop the site into an open-air museum.
San Al-Hagar boasts many monumental relics and is one of the country's largest and most impressive sites, causing Egyptologists to dub it the "Thebes of the North". During the 21st and 22nd dynasties, Tanis was a royal necropolis housing the tombs of the Pharaohs as well as nobles and military leaders.
El-Enany explained that the project aims to lift the monumental blocks, reliefs, columns, statues, and stelae laying on the sand at the site and to restore and re-erect them onto concrete slabs to protect them from subsoil water, salts and moisture, for future generations.

Sauvetage des temples de Nubie : 50 ans déjà

Photos: Unesco, V. Turmel

Le projet de haut barrage d'Assouan est lancé par Gamal Abdel Nasser en 1954 pour fournir l'énergie électrique indispensable à la région, augmenter les surfaces cultivables et réduire les crues du Nil.
Mais le projet doit entraîner la formation d'un immense lac artificiel, le lac Nasser, qui allait submerger une large partie de la Basse Nubie. Parmi les antiquités qui risquaient de disparaitre sous les eaux se trouvaient de nombreux temples et chapelles pharaoniques et gréco-romains, comme les temples d'Abou Simbel, de Philae, de Bet el-Wali, de Kalabsha... où la .
Une mobilisation internationale menée par des hommes politiques, des égyptologues (rappelons le grand rôle qu'a joué Mme Desroches-Noblecourt) et de nombreuses autres personnes a lieu à partir de 1960 après l'appel de l'UNESCO, dont c'est la première mission à cette échelle.
Lancé en 1964, le gigantesque chantier international réunit des centaines d'experts, archéologues, ingénieurs, ouvriers et administrateurs de toutes nationalités.

Le sauvetage le plus spectaculaire fut celui des deux temples d'Abou Simbel, qui furent entièrement découpés en plusieurs milliers de morceaux pesant des dizaines de tonnes, puis remontés dans une colline artificielle une soixantaine de mètres plus haut sur la falaise. Pour mémoire, le grand temple, derrière sa façade de 32 mètres de haut ornée de quatre statues colossales du pharaon assis, s'enfonce dans la falaise en une enfilade de salles et de galeries sur 63 mètres de profondeur.
Le 22 septembre 1968, René Maheu, directeur général de l'Unesco, peut adresser cette envolée lyrique à Ramsès II, en le tutoyant : "Nous avons pieusement dressé ta gigantesque majesté et recomposé la suave beauté de ta reine avec l'escorte hiératique des divinités tutélaires… Grâce aux efforts de tous, te voici sauf, prêt à reprendre, intact, sur la barque d'Amon, ton voyage au long des siècles vers le soleil levant de chaque lendemain".
En août 1972 les travaux pour sauver des eaux les temples de Philae, dernière étape de la campagne de Nubie, commencent. Ils vont durer huit ans et coûter plus de 30 millions de dollars. Il s'agissait de transférer les temples depuis l'île de Philae, "la perle du Nil", qui allait être engloutie, sur l'île voisine d'Agilkia. Le 10 mars 1980, le succès de cette vaste entreprise est solennellement célébré.

The Aswan High Dam Project was launched by Gamal Abdel Nasser in 1954 to provide the region with the electricity it needed, increase the area under cultivation and reduce the flooding of the Nile. But the project was to lead to the formation of a huge artificial lake, Lake Nasser, which would submerge a large part of Lower Nubia, named Wawat during pharaonic times. Among the antiquities that were in danger of disappearing under the water were many pharaonic and Greco-Roman temples and chapels, such as the temples of Abu Simbel, Philae, Beit el-Wali, Kalabsha... or the .
An international mobilization led by politicians, Egyptologists (let us recall the great role played by Mrs Desroches-Noblecourt) and many others, took place from 1960 onwards after UNESCO's call, for which it is the first mission on this scale. Launched in 1964, this gigantic international project brings together hundreds of experts, archaeologists, engineers, workers and administrators of all nationalities.
The most spectacular rescue was that of the two Abu Simbel temples, which were entirely cut into several thousand pieces weighing tens of tons. An artificial hill was built at the top of the cliff about sixty meters higher than the initial level. We must remember that the Great Temple, behind its 32-metre high façade decorated with four colossal statues of the seated pharaoh, sinks into the cliff in a string of rooms and galleries 63 metres deep.
On 22 September 1968, René Maheu, Director-General of UNESCO, could address Ramses II, on the familiar form: "We have piously erected your gigantic majesty and recomposed the sweet beauty of your queen with the hieratic escort of the tutelary deities... Thanks to the efforts of all, you are safe, ready to resume, intact, your journey along the centuries towards the rising sun each day".
In August 1972, work began to save the Temple of Philae from the waters, the last stage of the Nubian campaign. It will last eight years and cost more than $30 million. The aim was to transfer the temples of the island of Philae, "the pearl of the Nile", which was to be swallowed up, to the neighbouring island of Agilkia. On March 10, 1980, the success of this vast undertaking was solemnly celebrated.

Un grand bâtiment et des bains romains découverts à Mit Rahina Huge archaeological building uncovered in Mit Rahina

Une mission archéologique égyptienne a mis au jour un bâtiment de 16 x 14,5 m, avec plusieurs couloirs et quatre entrées, lors de fouilles effectuées à Hod El-Demerdash, à 400 mètres au sud du musée de Mit Rahina. Il faisait probablement partie autrefois d'une zone résidentielle de l'ancienne Memphis. L'édifice est construit en briques crues, soutenues par de grands blocs de calcaire; les murs extérieurs et les escaliers intérieurs sont construits en briques rouges.
La mission a également découvert un autre bâtiment rattaché au côté sud-ouest de la première structure. Il abrite un grand bain romain et une salle qui était peut-être utilisée pour des rituels religieux. Des objets ont été trouvés dans le bâtiment : des bassins de purification, des pots à offrandes décorés de la tête du dieu Bes et leurs supports en calcaire.

An Egyptian archaeological mission has uncovered a building of 16 X 14.5 m (50 ft by 47 ft), with several corridors and four entrances during excavation work carried out in Hod El-Demerdash, 400 metres to the south of Mit Rahina Museum. It was likely once part of a residential area of ancient Memphis. The structure is built of mud brick supported by large blocks of limestone, and its outer walls and inner staircases are built in red brick.
The mission also discovered another building attached to the southwestern side of the first structure which houses a large Roman bath and a room that may have been used for religious rituals. A collection of purification basins, offering pots decorated with images depicting the head of the ancient Egyptian god Bes, andtheir limestone holders was found in the building.

Important commerce de poissonsExtensive trade in fish between Egypt and Canaan 3,500 years ago