La tombe royale a été découverte dans les années 1890. Cette découverte relativement tardive est due à sa situation, très loin (environ 6 kms) du site d'Akhetaton, au bout du "Ouadi Royal" dont l'entrée se situe dans une échancrure de la falaise entre les groupes de tombes privées nord et sud.
L'entrée de la tombe royale se trouve au niveau du sol d'une vallée latérale et fait face à l'est, la région où Aton se lève chaque jour. Cet événement, le lever du soleil et le réveil à la vie du temp le et de ses adorateurs, est l'un des thèmes - inhabituels - représentés sur les reliefs gravés sur les parois des chambres intérieures. La disposition de la tombe comme sa décoration s'écartent brutalement des modèles en usage dans les tombes des précédents rois de la dynastie. La tombe est formée d'un long et large couloir où la descente se fait au moyen de deux escaliers abrupts séparés par un long passage en pente, à l'intérieur du flanc de la colline, et cela sur une longueur de 28mètres, avant de déboucher sur une antichambre donnant accès à la chambre funéraire. L'antichambre est située au pied du second escalier et ouvre, à travers une porte, sur le "puits de protection" dont la chambre supérieure est décorée. En sortant de cette chambre, on accède directement à la porte de la chambre funéraire.
Latéralement, deux "suites" ont été dégagées dans la falaise, ce qui est totalement inhabituel.
La tombe est actuellement dans un état lamentable en raison des saccages qu'elle a subi après la mort du roi, mais aussi à la fin du XIXème siècle.

L'ENTRÉE ET LE CORRIDOR

L'entrée, vaste (3,2m), s'ouvre à l'est et l'on descend immédiatement dans le corridor par un escalier-rampe, le premier du Nouvel Empire.
Le premier corridor est immense et combine les deux premiers passages d'une tombe royale "standard". Il se termine par un second escalier-rampe, caractéristique qu'on ne retrouvera plus jusqu'à Ramses II. Celui ci donne directement sur le puit.
On a insisté à juste titre sur le changement théologique induit par ce couloir. A la différence des tombes antérieures, celle ci a un axe médian qui donne directement sur la salle du sarcophage, sans coudure. On a interprété ce fait comme étant la volonté de permettre au défunt de sortir directement à la lumière du jour, ce qui est plausible. Par contre on a dit aussi que cette orientation permettait aux rayons du soleil levant d'atteindre le sarcophage, ce qui ne tient guère. En effet, d'une part la tombe était fermée donc le soleil ne pouvait en aucun cas y pénétrer (curieusement je n'ai vu nulle part cette explication pourtant si simple). D'autre part, le sarcophage n'était pas au centre de la chambre funéraire mais excentré et les rayons solaires n'auraient de toute façon pas pu le toucher.

LE PUITS

Le puits est plus large mais moins profond qu'habituellement (3m environ).Les parois de la chambre qui forme la partie supérieure du puits avaient été jadis enduites, puis ornées de reliefs et d'inscriptions, mais tout ce qui en subsiste désormais montre simplement que l'entrée était flanquée de deux reliefs gravés avec soin montrant des bouquets floraux.
Parmi les autres scènes de la chambre au puits, il y avait des représentations du roi et de la reine faisant offrande à Aton, ainsi que de la princesse aînée, à l'extrémité des parois.
On voit ainsi que le puits, outre une fonction de protection contre les flots dévastateurs des rares mais violents orages, a aussi une fonction symbolique.
En sortant de cette chambre, on accède directement à la porte de la chambre funéraire.

LA CHAMBRE FUNÉRAIRE

Elle avait été scellée d'un mur de briques calcaires, qui a ensuite servi de remblai pour combler le puit et ressortir le matériel funéraire pour le transporter ailleurs. Ceci prouve que des inhumations ont eu lieu dans la tombe. Celle d'Akhénaton lui même, sa fille Makétaton, et sa mère Tiy.
La chambre funéraire est une impressionnante salle carrée d'environ 10mètres de côté et 3,5mètres de hauteur. Elle a été excavée en ménageant une plate-forme sur la gauche, de 33 centimètres de hauteur, sur laquelle s'appuient les restes de deux piliers carrés.
Les maçons avaient tout juste commencé à tailler un passage vers une autre chambre, à l'angle le plus éloigné du mur de droite, peut être une autre "suite" pour un nouvel enterrement.
Les reliefs et les inscriptions gravés sur les parois enduites de cette chambre ont été presque entièrement effacés peu de temps après la mort du roi. Des traces d'inscriptions près du plafond, dans un état de grande fragilité, donnent les titres et les noms d'Aton, d'Akhenaton et de Néfertiti. On peut reconnaître avec difficulté, dans les scènes qui étaient jadis représentées là, les habituelles cérémonies d'offrande à Aton durant lesquelles officiait la famille royale, d'énormes quantités de nourriture) de boissons et de fleurs s'amoncelant sur les autels d'Aton. Des éléments du mobilier et de l'équipement funéraires destinés au défunt figuraient sur ces scènes.
Par contre, et conformément à l'idéologie atonienne qui rejetait les "Livres de l'au-delà", la chambre funéraire ne comporte pratiquement pas de textes. Parmi les rares reconnaissables, on remarque la grande fréquence du cartouche de la reine Néfertiti, qui souligne son rôle liturgique très important.

LES SALLES LATÉRALES

En plus des salles principales de la tombe, deux séries différentes de chambres ont été creusées. L'une part du couloir descendant à mi-chemin du mur de droite, tandis que l'autre commence au bas de ce couloir, à l'endroit où il ouvre sur l'antichambre.
Le groupe situé au niveau supérieur est absolument unique. A partir du premier corridor une suite a été creusée sans être finie, qui consiste en t rois couloirs se faisant suite et permettant d'accéder à une enfilade de trois chambres Cette suite est inachevée et d'apparence fruste, mais elle ressemble étroitement, dans sa disposition, à une tombe royale, y compris par la présence d'un couloir d'accès descendant. La ou les destinaires potentiels sont la reine Tiye, mère d'Akhénaton, une de ses filles, voire une grande épouse royale.

A l'opposé de l'entrée de celui-ci, sur la paroi gauche du couloir principal, on a commencé à percer une porte qui devait ouvrir, semble-t-il, sur une autre suite de chambres, mais son creusement n'a jamais été poursuivi.
On trouve une disposition similaire à l'extrémité inférieure du couloir principal : sur la gauche, on a esquissé une porte (reconnaissable à quelques entailles initiales), tandis qu'en face un passage a été creusé, menant à une suite de trois chambres ouvrant l'une sur l'autre.

L'enfilade des trois chambres s'ouvrant au bas du couloir descendant à droite a été nommé "suite de Maketaton", car ces trois pièces, désignées traditionnellement par alpha, béta et gamma (ici A, B, C) semblent en rapport avec le décès de cette princesse. Ceci a été contesté récemment, mais sans preuve.Tous les reliefs sont très endommagés. Quand les épigraphistes français commencèrent à copier les reliefs des chambres alpha et gamma en 1894, les scènes étaient pratiquement complètes ; mais maintenant elles ne sont plus grand-chose d'autre que des esquisses fantomatiques.

La chambre A est de forme carrée; elle a environ 5,5mètres de coté et 3mètres de hauteur. Toutes ses parois ont été terminées et ornées de reliefs qui étaient peints. Deux longues scènes montrent la famille royale avec cinq des filles, en train de faire des offrandes dans une cour de temple, tandis qu'Aton se lève sur le mur est et se couche sur la paroi opposée. Les autres murs sont interrompus par des passages, mais ils comportent des reliefs montrant des conducteurs de chars qui ont accompagné les adorateurs et les attendent à l'extérieur, devant les portes du temple, en même temps que leur escorte militaire. D'autres scènes représentent le roi et la reine qui se tiennent dans une chambre, pleurant la mort d'une femme - reine ou princesse - étendue sur une couche funéraire. Aton luit dans la chambre ; mais dans une scène identique, juste au-dessous, le disque solaire rayonnant manque, ce qui indique peut-être une veille nocturne.
Hors de la chambre, des deuillants se lamentent et se versent de la poussière sur la tête. Un vizir figure parmi les gens en pleurs; il est reconnaissable à sa longue robe bouffante.
Une nourrice sort de la chambre funéraire : elle porte un petit enfant dont le rang élevé est indiqué par la présence d'un porte-éventail. On a vu dans cette scène le deuil mené par la famille royale à l'occasion de la mort prématurée d'une princesse. Un trait particulier des reliefs réside dans le fait que certaines représentations ont été regravées pour tempérer le style artistique peu flatteur des premières années du règne.

La chambre B est anépigraphe, et servait peut être de dépot.

La chambre C est la plus petite des trois chambres. Il s'agit d'un carré de 3,5mètres de côté ; sa hauteur est de 1,8mètre. Elle a de toute évidence été conçue comme une chambre funéraire.
L'une des parois comportait dans sa décoration des reliefs montrant le mobilier funéraire. Mais la caractéristique principale réside dans la présence sur les reliefs d'une autre paroi, d'une autre scène montrant un lit mortuaire, semblable à celle de la chambre alpha. La princesse défunte est Makétaton (son nom est indiqué). Elle repose sur une couche funéraire dans une chambre a coucher, mais son image et son nom ont été effacés. Elle est pleurée par ses parents en larmes tandis que, à l'extérieur de la chambre funéraire, se tient une nourrice allaitant un petit enfant qu'elle tient dans ses bras (et qui a pu être assimilé à Toutankhamon, mais sans preuve), et suivie de deux porte-éventail. Un important groupe de courtisans, de dames d'honneur et de fonctionnaires se joint aux lamentations, leurs attitudes dénotant un violent chagrin.
Sur la paroi opposée, une scène associée à la précédente montre le roi et la reine, suivis par les quatre princesses survivantes et un groupe de deuillants, en train de se verser de la poussière sur la tête.

MATÉRIEL FUNÉRAIRE, MOMIES, ET LEUR DESTIN

Une série de fragments de granit rosé appartient au sarcophage du roi, tandis qu'un autre ensemble, en granit gris cette fois, provient du couvercle de celui-ci. Il y avait aussi des morceaux d'un autre sarcophage de granit rouge, avec un couvercle de granit gris, qui appartenait à une femme : la princesse Maketaton, peut-on présumer, dont la mort et les funérailles sont représentées dans la chambre gamma. Toutefois les deux sarcophages ont été brisés en petits morceaux et dispersés ça et là sur une grande étendue ; les pertes ont été si importantes au cours de cette opération qu'il s'est avéré impossible de reconstituer complètement les deux monuments. Néanmoins, on peut se faire une bonne idée de l'aspect du sarcophage du roi (voir ci dessous). Sa reconstitution montre qu'il comportait des représentations de la reine Néfertiti, sculptées en haut relief et étendant ses bras protecteurs à chaque angle du monument, à l'instar des déesses gardiennes des quatre angles.
Il est moins évident d'identifier le propriétaire de l'autre sarcophage. On suppose qu'il a été réalisé pour Maketaton ; mais les noms d'Akhenaton, Aménophis III, Néfertiti Tiy et Meritaton apparaissent à côté de celui de Maketaton sur des fragments provenant de la cuve et du couvercle.
Des serviteurs funéraires, ou , ont également été retrouvés. Leur présence demeure un mystère puisqu'il s'agit d'une pratique osirienne et qu'Osiris était banni de la religion amarnienne.

La tombe ne fut pas la dernière demeure d'Akhenaton. Son successeur Toutankhamon a fait transporter une partie du matériel funéraire et sa momie à Thèbes, certainement pour les protéger. Il semble actuellement admis que le mystérieux occupant de la tombe de la Vallée des Rois KV55 soit Akhenaton, du moins c'est ainsi que le présente le Musée du Caire (mais cela a donné lieu à temps de controverses…Smenkare, Tiy, ont été également pressentis).

Si vous vous intéressez à la KV55 et à la saga des feuilles d'or de la base d'un des sarcophages, retrouvées au Musée de Münich, voici quelques sites : , , , , le .

LE SARCOPHAGE EXTÉRIEUR D'AKHÉNATON

En août 2003, du Musée du Caire était encore ouverte, et je m'y suis rendu. Le chemin, mal indiqué, contourne le flanc gauche du Musée, le long duquel j'ai eu la surprise de trouver sur des galets, contenant bouteilles vides et mégots, les restes du sarcophage reconstitué de…Akhenaton!

Autres photos

Grâce à Jon Bodsworth (), voici des photos d'un des sarcophages internes d'Akhenaton qui a regagné le Musée du Caire en 2003.